Favorites

Les chiens de traîneaux à travers l’histoire

Chiens de traîneaux tirent le musher

enEnglish esEspañol

La relation de travail entre les humains et les chiens dans les régions arctiques et l’utilisation de chiens de travail remonte à il y a au moins 4 000 ans. Le peuple Chukchi, qui habitait autrefois le nord-est de la Sibérie faisait usage de chiens pour remorquer des charges déjà à l’âge de pierre. De nouvelles découvertes archéologiques suggèrent que l’aide fournie par les chiens était essentielle à la vie humaine dans les régions gelées d’Amérique du Nord, du Groenland et de l’Europe où les civilisations utilisaient les traîneaux à chiens, faisait en sorte que le mushing soit considéré l’une des pratiques les plus anciennes.

kato.com

kato.com

Le traîneau à chiens était, au départ, une façon de se déplacer plus rapidement, ce qui rendait la chasse plus efficace en plus de permettre aux chasseurs de transporter leurs proies à la maison. Plus tard, l’exploration, le commerce, le transport et la communication furent ajoutés à la liste des fonctions pour lesquelles les chiens de traîneau étaient essentiels. Cette interdépendance entre musher et les chiens est une relation basée sur la survie qui s’est maintenue à travers du temps.

Les chiens ont joué un rôle clé dans l’histoire des régions circumpolaires du Nord. En Amérique, les cultures Inuit et Yupik, qui sont les descendants des Esquimaux encore présents en Alaska, au Canada et au Groenland ont survécues grâce au fait que leurs chiens tiraient leurs traîneaux depuis environ 1 000 ans. Vers 1600, lorsque les explorateurs européens et les commerçants sont arrivés dans les terres gelées d’Amérique du Nord, ils ont utilisé des traîneaux pour voyager et pour transporter de la correspondance, de la nourriture et des marchandises, principalement des fourrures et de l’or. Après que Jacques Cartier aie découvert le fleuve Saint-Laurent, des jeunes français ont été envoyés en Amérique du Nord par Samuel de Champlain pour qu’ils négocient et d’interagissent avec les peuples autochtones, aidant ainsi les colons français à s’adapter à la vie à la Nouvelle-France. Ces hommes, appelés « coureurs de bois » ont été les premiers européens en Amérique. L’origine du mot « musher » pour désigner les pilotes d’un traîneau à chiens est apparu quand, après 1759, les Britanniques ont pris le contrôle de la région de la Nouvelle-France et les coureurs de bois ont continué à utiliser leurs traîneaux ainsi que le mot « marche! » pour dire à leurs chiens de commencer à courir. L’adaptation anglaise de ce mot d’origine français a donné naissance à l’expression « mush » d’où dérivent les mots musher et mushing.

fina films.com

fina films.com

À la fin du XIXe siècle, à l’époque de la ruée vers l’or, les traîneaux à chiens ont été utilisés pour le transport de l’or de la région de l’Alaska et du Yukon. Pendant ce temps, des gens de tous les coins du monde ont migré vers les terres de l’Alaska-Yukon attirés par les réserves d’or de la région et ont incorporé la pratique du mushing à leur vie. Une croissance soudaine de la population a contribué de manière significative au développement de la région et a fait en sorte que les chiens de traîneau sont devenus une partie intégrale du travail et le passe-temps préféré de la population locale. Autant la Police montée du Nord-Ouest canadien qui patrouillait les terres du Yukon comme les postiers ont utilisé des traîneaux à chiens pour bien faire leur travail.

Des villes comme Nome en Alaska ont connu, entre 1900 et 1909, un boom suivi d’une diminution de sa population de manière significative lorsque la ruée vers l’or a pris fin. Cependant, c’est dans cette ville que le mushing a été reconnu comme un sport par le Kennel Club de Nome, lequel qui a célébré, en 1908, la première compétition officielle en traîneau à chiens, le Tout concours Alaska (AAS), donnant naissance ainsi au sport qui a maintenu en vie la science du mushing. Nome est aussi l’une des villes hôtes de l’Iditarod, créé en 1973, qui réunit en Alaska des milliers de personnes provenant de partout dans le monde intéressés à assister à la compétition de traineaux la plus importante du monde, ce qui a rendu le mushing le sport officiel de l’Alaska.

Amundsen. samoyed.net.au

Amundsen. samoyed.net.au

Le 14 décembre 1911, l’explorateur norvégien Roald Amundsen avec quatre hommes et 16 chiens de traîneau a réussi à atteindre le pôle Sud, passant à l’histoire comme le premier homme à relever un défi que beaucoup d’autres expéditions avaient essayé de relever, sans succès. Ceci fut possible en partie parce qu’il avait appris les techniques du mushing et d’autres techniques de survie des autochtones Netsilik qui habitaient la région actuelle du Nunavut, dans le nord du Canada, au cours d’une expédition de trois ans par le passage du Nord-Ouest du Canada, entre 1903 et 1906. Lors son voyage au pôle Sud, Amundsen a mené une expédition de cinq hommes avec quatre traîneaux, retournant seulement avec 11 des 52 chiens avec lesquels il avait parti en Octobre 1911. Bien que le nom du premier explorateur qui est arrivé au pôle Nord est encore en discussion, il n’y a aucun doute sur l’utilisation de traîneaux à chiens par les pionniers qui ont exploré l’extrémité nord du monde.

Pendant la Première Guerre mondiale, dans les pays européens comme la Norvège, les chiens et les traîneaux utilisés pour les loisirs ont été transformés en ambulances et en véhicules pour approvisionner les troupes dans les champs, les forêts et les montagnes glacées.

Aujourd’hui, les moyens de transport modernes ont remplacé les mushing, cependant celui-ci reste une activité de loisirs et de sport qui passionne des nombreux mushers et fans partout dans le monde.

Leave a Reply ● Deje su comentario ● Laissez votre commentaire

%d blogueurs aiment cette page :